Entretien avec Céline Mezange (T’enseignes-tu) et Gabrielle Chort (GABFLE)

Entrez dans les coulisses de deux blogs de FLE : T’enseignes-tu (le FLE) ? et GABFLE.

Bonjour, Céline, bonjour Gabrielle, et merci d’être venues aujourd’hui à Paris pour nous parler de vos blogs. Pouvez-vous vous présenter ?
Gabrielle Chort (GABFLE) : J’ai fait des études de FLE. J’ai commencé à Bordeaux puis j’ai travaillé sur Bordeaux, en Lettonie et je suis arrivée en 2004 à Amboise, une petite ville où il y a une école de FLE qui s’appelle Eurocentres et j’y suis depuis avec des projets à droite à gauche en plus.

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Moi je n’ai pas fait de FLE tout de suite, j’ai d’abord étudié la communication et puis l’espagnol aussi et puis je suis rentrée ensuite en option de français langue étrangère à l’université et à partir de là j’ai commencé à enseigner un petit peu en plus des cours et j’ai continué ensuite jusqu’au master. J’ai enseigné en France et à l’étranger, au Costa Rica et au Mexique surtout et puis je suis de retour en France depuis un an où j’ai enseigné à des publics migrants et puis en ce moment à l’université. Donc, j’enseigne depuis 2006.

Alors, vous tenez toutes les deux un blog, donc t’enseignes-tu (le FLE) pour toi Céline. Pourquoi avoir choisi ce nom ?

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Déjà parce que lorsque je cherchais un nom pour le blog, je ne voulais absolument pas faire un jeu de mots avec FLE et j’avais une amie québécoise au Mexique qui me disait toujours « Tu veux-tu du café ? ». Ça me faisait beaucoup rire et ça correspondait à l’idée que j’avais de l’enseignement, c’est-à-dire que l’on n’enseigne pas que le français de France et ça m’amusait beaucoup de reprendre une structure qui venait du Québec. C’était un petit clin d’œil aussi à cette copine. Puis on s’est dit qu’on verrait ce que ça donnerait et il fonctionne aujourd’hui ce nom. Il y a des gens qui n’aiment pas du tout. Il n’y a pas longtemps, j’ai reçu un mail d’une personne qui disait : « j’aime beaucoup ce que vous faites mais je ne comprends pas pourquoi il y a une faute de grammaire dans le nom de votre blog ». En tout cas, ça fait réagir. Les gens retiennent le nom qu’ils l’aiment ou qu’ils ne l’aiment pas. Ça a cette volonté d’être francophone plus que français.

Gabrielle Chort (GABFLE) : Pour moi, ce n’était pas très réfléchi au début. Je suis partie de l’idée de faire un blog pour l’auto apprentissage avec de la compréhension orale. Alors, j’avais pensé à AutoFLE ou quelque chose comme ça. Mais en tapant sur Google, j’ai vu que ça dirigeait vers des sites de voitures et que ce n’était pas… Comme je voulais tout de suite lancer le blog, je me suis dit que j’allais le personnaliser un peu. Le début de mon prénom, c’est aussi parce que je voulais que ce ne soit pas vu comme quelque chose d’institutionnel, c’est très artisanal. Montrer qu’il y avait quelqu’un derrière le blog. J’ai quand même gardé FLE car ça permet de l’identifier comme du français langue étrangère. Les apprenants ne connaissent pas forcément le terme FLE, français langue étrangère, mais je me suis dit que c’était aussi l’occasion de le découvrir. Quand on est apprenant, si l’on connaît ce terme, sur les moteurs de recherche, on aura accès à plein de choses.

Comment et à quel moment avez-vous eu l’idée de créer un blog ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Moi, c’était en 2008. J’y réfléchissais depuis 2007. À l’époque, il y avait déjà des ressources pour la compréhension orale sur le Net mais c’était TV5, RFI, donc des trucs supers mais des médias. La typologie de documents, c’était plutôt des infos, des reportages etc. Moi, souvent, je cherchais du français plus quotidien : des conversations, des discussions avec du français informel, parlé comme on parle tous les jours avec les erreurs de grammaire éventuelles et ça je trouvais que ça manquait.

Est-ce que ces compréhensions orales-là tu les utilises, toi, en classe ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Ça m’arrive, oui !

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Moi, je les utilise régulièrement. Il n’y a pas longtemps, j’en ai utilisé une sur Stromae où j’ai créé une séquence en introduisant tes documents et c’était génial.

Et toi Céline, que peux-tu nous dire sur la création de T’enseignes-tu ?

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Il est né en février 2012. La démarche est un peu différente. C’était plus une frustration au niveau de mon travail c’est-à-dire que j’ai beaucoup bougé, voyagé pour mon travail. Partout, j’ai rencontré des collègues géniaux qui avaient plein d’idées, des gens spécialisés sur le jeu, Gabrielle avec qui je travaillais à l’université à distance etc. En fait, je me rendais compte qu’il y avait très peu d’espaces où l’on pouvait collaborer. L’idée de départ était donc de créer un lieu dans lequel on pouvait échanger et faire appel aux gens que j’ai rencontrés au cours de mon parcours professionnel. Quand j’ai commencé, je ne pensais pas que deux ans après, il existerait encore et qu’il serait diffusé comme il est diffusé aujourd’hui ! C’est une bonne surprise. Aujourd’hui, on est 10 à écrire surT’enseignes-tu ?.

Qui sont les gens avec lesquels tu travailles ?

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Tous sont profs de FLE et ont un travail puisque – et on en reparlera – je ne finance pas aujourd’hui les participations. On ne génère aucun bénéfice avec T’enseignes-tu ? Il y a Gabrielle qui est à Amboise, j’ai des gens qui sont à New-York, j’ai une prof qui est au Panama, on a des collègues qui sont plus vers Rennes. Donc c’est vraiment un peu éparpillé. Là, il y a quelqu’un qui va nous rejoindre qui travaille en Turquie. Donc voilà ce sont des enseignants qui ont envie d’intégrer ce projet car ils cherchent aussi cet échange.

Comment vous vous organisez ?

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Par exemple, on a une réunion prévue la semaine prochaine, on travaille beaucoup avec les hangouts, ça nous permet d’être 10 en ligne, de se voir, de parler. Il y a une partie que j’aime beaucoup aussi, c’est cette animation d’équipe. On a aussi une plateforme collaborative sur laquelle on poste les articles avant publication. Cela permet à d’autres auteurs de relire les articles, cela fait vraiment naître la réflexion collective et c’est vraiment intéressant.

grandeimagette
Est-ce que, sur la toile, il y a des blogs ou des sites qui vous ont inspirées, qui vous inspirent toujours, que vous aimez particulièrement ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Oui, à l’époque, il y avait tout le travail de Thierry et Anne Perrot, polarfle, lexiquefle, phonétiquefle. Voilà, ce sont un peu les premiers qui ont fait des choses sur la toile et moi, dès le début, ça me plaisait. Il y avait aussi Carmen Vera Pérez et la chanson francophone en cours de FLE. Il y avait déjà aussi à l’époque des blogs de profs, ça commençait. Y avait aussi un blog, je ne sais plus comment il s’appelait mais la fille se faisait appeler Foxtrot*, c’était son pseudo, et elle parlait du monde du FLE, il y avait des fiches pédagogiques, des réflexions sur le métier d’enseignant et elle a arrêté le FLE depuis parce qu’elle n’y arrivait plus financièrement. Le côté précaire a fait qu’elle a arrêté le FLE mais c’était un blog tout simple avec des articles, je le lisais souvent et c’est celui-ci qui m’avait fait penser : ça a l’air simple…
Il y a aussi tout ce qui existe en Espagne, en Allemagne depuis les années 2005-2006, ils ont plein d’initiatives…
Je voudrais en profiter pour parler de deux projets, initiés par la même personne, qui ne sont pas relayés, c’est France Bienvenue et France Bienvenue 2 qui s’appelle en fait je dis, tu dis, il dit, nous disons… C’est un peu le même principe que GABFLE avec des documents audios et des transcriptions. Je pense aussi à Kellyfle.

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Bien, moi, oui, pareil, en plus de ceux qu’elle a cités, il y a insuf-FLE et TICs en FLE aussi. J’avais eu une réflexion qui était de me dire qu’il y avait beaucoup de blogs qui naissaient et beaucoup qui duraient un an, deux ans parce que le fait d’être tout seul, ça complique les choses. Et sur T’enseignes-tu ?, on n’est pas dans un espace de parole individuel, on a voulu essayer de créer une équipe en se disant que le projet peut tenir plus longtemps, moins s’essouffler. C’est un vrai travail de tenir un blog, le fait d’être une équipe permet une régularité dans les parutions – deux par semaine – et d’autres réflexions, d’autres approches en fonction des contextes d’enseignement.

Toi, tu es toute seule Gabrielle ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Oui, quasiment, disons pour mettre en ligne les articles, après j’ai des coups de pouce, des amis, des collègues qui me disent ah tiens on pourrait interviewer telle personne. J’ai un document qui a été fait par une autre personne, une vidéo avec deux Québécois qui parlent. C’est rigolo ! C’est une prof de FLE québécoise qui l’a réalisée et qui me l’a envoyée. Je ne la connaissais pas, elle a pris contact avec moi via le site. Le blog s’appelle GABFLE, interview pour pratiquer le français avec des personnes francophones et pas seulement françaises.

Est-ce que vous pouvez me donner une moyenne hebdomadaire de temps que vous passez à travailler sur votre blog ?

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Moi, très clairement, j’ai fait un choix, j’ai décidé de me consacrer au blog cette année donc je donne 12h de cours et le reste du temps, je le consacre à T’enseignes-tu ?. Aujourd’hui j’y travaille entre 25 et 30 heures par semaine. C’est une volonté, un choix personnel que j’ai fait parce qu’on va essayer d’autofinancer le projet. Nous allons d’abord rentrer en coopérative d’entreprises, alors pas d’inquiétude, le blog restera complètement gratuit, c’est juste pour mener à bien un projet comme celui-ci. Moi je dépense de l’argent aujourd’hui par exemple pour héberger ce blog. Donc, on va avoir de la publicité très ciblée, maisons d’édition par exemple. Et à côté, on développe une autre idée qui serait d’aller vers de la formation de formateurs. Ça nous permettrait de faire vivre le blog. Aujourd’hui, je ne rémunère pas les auteurs mais l’idée pour moi, c’est que si on arrive à l’autofinancer, j’aimerais pouvoir rémunérer à terme les auteurs en droits d’auteur. Je ne veux pas être dans la logique de mon métier où justement, on travaille gratuitement.

Gabrielle Chort (GABFLE) : Alors, j’y passe pas mal de temps mais je ne pourrais pas le quantifier. Ça dépend des semaines, je peux dire que pour un billet, un article de blog ce sera entre 2h30 pour les coups de cœur où c’est plus simple et 4-5 heures.

En matière de contenus pédagogiques ou didactiques, qu’est-ce qu’on trouve exactement sur votre blog ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : D’une certaine manière, il y a quatre types d’articles sur GABFLE. La majorité, ce sont des activités de compréhension orale avec un document audio, un quiz, la transcription et des explications de grammaire, de vocabulaire ou de phonétique en fonction des caractéristiques du document. Depuis quelques temps, il y a des coups de cœur, donc c’est juste le document audio, la transcription et quelques liens éventuels. Je fais de petites activités de temps en temps de phonétique mais toujours avec un document audio et un petit quiz et des quiz de vocabulaire. J’essaie toujours de mettre un peu d’audio là-dedans. Ça s’écoute !

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : Sur T’enseignes-tu ?, on va trouver des fiches pédagogiques prêtes à l’emploi – une ou deux par mois à peu près- mais on voulait aussi de la réflexion, faire le lien entre la théorie et la pratique. Par exemple, on va proposer des ouvrages, des réflexions sur une thématique d’enseignement, des pratiques de classe, des choses comme ça. J’avais fait un article « Il me reste 5 mn, qu’est-ce que je fais ? ». On propose des ressources, je pense à ton article, Gabrielle, de la semaine dernière, sur les courts métrages où tu as choisi 6 courts métrages qui sont en ligne avec des propositions pédagogiques très générales, des pistes. Ah et j’oubliais Vie de prof. J’ai un très bon ami du Québec qui m’a beaucoup aidée au niveau technique et qui m’a proposé ce principe du Tumblr humoristique sur la vie du prof qui fonctionne très bien.

Alors, vous avez toutes les deux relayé votre blog sur Facebook…

Céline Mezange (T’enseignes-tu (le FLE) ?) : C’est un gros moyen de diffusion. J’utilise aussi twitter, pinterest et linkedIn.Facebook reste le réseau social qui m’a permis de vraiment diffuser et de rencontrer des gens aussi.

Gabrielle Chort (GABFLE) : Il y a des échanges qui naissent aussi sur Facebook. Beaucoup de gens qui « aiment », qui commentent. Ça permet aussi d’établir des liens avec d’autres sites.

Quels conseils vous donneriez à un prof qui voudrait se lancer ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Moi, je dirais surtout, si c’est un projet en solo ou en tout petit groupe, qu’il faut peut-être se singulariser. Il y a énormément de blogs qui sont des blogs de prof ou de classe qui sont supers. Si l’on veut que le blog ait une portée plus large, il faut se démarquer. Je pense à des blogs ou à des sites qui marchent très bien parce qu’ils ont une singularité, je pense à InteractiFLE par exemple ou les Zexperts ou artsdufle bien sûr, voilà, un podcast FLE, quelque chose qui est ciblé sur les jeux. Ça peut être une bonne idée de cibler la compréhension écrite par exemple, il n’y a pas énormément de choses sur la toile pour le FLE ou le vocabulaire…
Et techniquement ?

Gabrielle Chort (GABFLE) : Techniquement, on peut se dire qu’on peut commencer même si l’on n’y connaît absolument rien. Moi, j’ai commencé en allant sur des forums de discussion, il y a toujours quelqu’un qui a mis un tutoriel ou une explication et c’est assez facile. Il faut être patient mais on y arrive !

*Ce blog s’appelait “FLE z’et merveilles”.

Rédaction : Fanny Kablan

Dans la même rubrique

Élaborer une unité didactique à partir d’un document authentique : l’extrait de film

Entretien avec Jean-Daniel Garabédian (responsable pédagogique, formateur, réalisateur de films institutionnels pour la classe de F.L.E.) Jean-Daniel, vous êtes responsable...

JAPON : échange culturel par correspondance avec le Niger

Pendant l'année scolaire 2016-2017, nous avons établi une correspondance avec une classe de jeunes au Niger. Nous avons envoyé les lettres depuis le Japon en juillet 2016 et...

Portraits francophones (2)

Paroles d'enseignants au congrès de la Commission Asie-Pacifique en 2010. Franc-parler était présent au dernier Congrès de la CAP (Commission Asie-Pacifique) de la FIPF qui s'est...

Des contes dans nos langues : du bilinguisme au plurilinguisme

Entretien avec Gabriella Vernetto, chargée du projet Regio "Des contes dans nos langues : du bilinguisme au plurilinguisme". Dans le cadre de la réactualisation du dossier de...

Techniques oratoires en FLE

Entretien avec Régine Dautry-Norguet (Docteur de l'université Paris V- Sorbonne) Régine, vous êtes formatrice de formateurs FLE/FOS, Docteur de l'université Paris V-Sorbonne,...

Le jeu en classe de FLE

Entretien avec Haydée Silva, Docteur en littérature et civilisation françaises, professeur en didactique du FLE à l’Universidad Nacional Autónoma de México, et spécialiste du jeu...

Introduire la chanson en classe de français

Pourquoi faire découvrir aux élèves la chanson francophone ? De plus en plus de professeurs de français souhaitent introduire la chanson dans leur salle de classe. Moyen...

Témoignages d’assistants et lecteurs francophones

Francparler a réalisé un appel à témoignages auprès d'assistants et lecteurs francophones, avec le soutien de l'unité des assistants du CIEP. L'Unité des assistants du CIEP Nous...

« Messages de Pâques » Une expérience pédagogique eTwinning

Partage d’expérience pédagogique réalisée sur eTwinning  par 11 enseignants et une centaine d’apprenants de français langue étrangère de 9 pays différents. Chers...

L’afrique dessinée

Entretien avec Christophe Ngalle Edimo, Président de l’association L’Afrique dessinée   Votre association regroupe douze membres actifs*, des dessinateurs et scénaristes...

Techniques oratoires en FLE

Entretien avec Régine Dautry-Norguet (Docteur de l'université Paris V- Sorbonne) Régine, vous êtes formatrice de formateurs FLE/FOS, Docteur de l'université Paris V-Sorbonne,...

L’afrique dessinée

Entretien avec Christophe Ngalle Edimo, Président de l’association L’Afrique dessinée   Votre association regroupe douze membres actifs*, des dessinateurs et scénaristes...

Dictionnaires et mots : entretien avec Jean Pruvost

Entretien avec Jean Pruvost, lexicologue, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise (95). Monsieur Pruvost, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter en...

Portraits francophones (2)

Paroles d'enseignants au congrès de la Commission Asie-Pacifique en 2010. Franc-parler était présent au dernier Congrès de la CAP (Commission Asie-Pacifique) de la FIPF qui s'est...

Comment aborder les francophonies en classe de langue

Entretien avec Anne Vangor, lectrice Wallonie-Bruxelles International à l'Université de Concepción – Chili Anne, pouvez-vous vous  présenter et nous expliquer d’où vous...

L’hôtellerie et la restauration

Comment motiver les élèves du cycle professionnel à l’apprentissage du français ? de Daniel Professeur en FLE (et FOS) à l'École de l’hôtellerie et de la restauration Ter Groene...

Techniques journalistiques et création d’un webzine en classe de FLE

Entretien avec Frédéric Lauray-Quantin, enseignant de FLE à l'Alliance française de Taipei, Taïwan. Frédéric, pourriez-vous vous présenter et nous dire les fonctions que vous...

Littératures francophones vues d’Italie

Entretien avec Andrea Calì, Professeur de littératures francophones à l'Università di Salento, Directeur de la Revue Interculturel et Président de l'Alliance française de Lecce....

Écrire à plusieurs grâce aux blogs

Jeux de langues, langues en jeu, un projet Netdays d’écriture collaborative, Gabriella VERNETTO Gabriella Vernetto est chargée de mission auprès de l’Inspection technique de la...

Le conte, un art de la transmission orale

Christian Tardif a été enseignant pendant 10 ans. Depuis 1992, il est également conteur, ce qui l'a amené à réfléchir autrement à la pédagogie de l'oral. Conteur et pédagogue,...

Le jeu en classe de FLE

Entretien avec Haydée Silva, Docteur en littérature et civilisation françaises, professeur en didactique du FLE à l’Universidad Nacional Autónoma de México, et spécialiste du jeu...

Dictionnaires et mots : entretien avec Jean Pruvost

Entretien avec Jean Pruvost, lexicologue, Professeur à l’Université de Cergy-Pontoise (95). Monsieur Pruvost, pour ceux qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter en...

Des contes dans nos langues : du bilinguisme au plurilinguisme

Entretien avec Gabriella Vernetto, chargée du projet Regio "Des contes dans nos langues : du bilinguisme au plurilinguisme". Dans le cadre de la réactualisation du dossier de...

Techniques journalistiques et création d’un webzine en classe de FLE

Entretien avec Frédéric Lauray-Quantin, enseignant de FLE à l'Alliance française de Taipei, Taïwan. Frédéric, pourriez-vous vous présenter et nous dire les fonctions que vous...

Les couleurs de la classe, des techniques et des activités efficaces et motivantes

“Nous sommes des artistes, des créatrices de motivation. Chaque classe représente  le défi de faire naître les forces qui poussent à agir les apprenants, s’ils sont motivés, nous...

Comment aborder les francophonies en classe de langue

Entretien avec Anne Vangor, lectrice Wallonie-Bruxelles International à l'Université de Concepción – Chili Anne, pouvez-vous vous  présenter et nous expliquer d’où vous...

Introduire la chanson en classe de français

Pourquoi faire découvrir aux élèves la chanson francophone ? De plus en plus de professeurs de français souhaitent introduire la chanson dans leur salle de classe. Moyen...

L’afrique dessinée

Entretien avec Christophe Ngalle Edimo, Président de l’association L’Afrique dessinée   Votre association regroupe douze membres actifs*, des dessinateurs et scénaristes...

Les blogs, nouvel outil pour la classe

Entretien avec Barbara Juzwiak Dieu : un projet blog en classe de langue   Barbara Juzwiak Dieu enseigne l'anglais au lycée français de São Paulo (Brésil) où elle est...

Étonnants voyageurs angolais…

Les enseignants de français en Angola, décrivent leur pays tout en reprenant  le style des poètes français célèbres pour « Ecrire à la manière de… »   « Étonnants voyageurs !...